Flux News Magazine #84

Edito

En ce début d’année 2021, que je vous souhaite riche en découvertes, il nous semblait nécessaire de jouer le contrepoint à l’actualité en vous faisant partager un peu de chaleur humaine. En couverture du Flux, Maria Vita Goral, jeune artiste ukrainienne vivant et travaillant à Liège nous fait partager son jardin secret et nous apporte un peu de fraicheur et d’insouciance. Cultiver son jardin intérieur de manière poétique est peut-être pour l’artiste la dernière  liberté qui lui reste… En intitulant son image “Gun Flower” Maria n’est pas dupe. L’insoucianse affichée a ses limites. Défendre son jardin secret, rester fidèle à ses idéaux, devient  une bataille de chaque instant dans ce monde déboussolé. 

Il sera beaucoup question de culture et surtout de monoculture dans ce numéro. La récente expo du M HKA nous pousse à investiguer dans ce sens. Il sera aussi question de hors cadre et de dé­pas­sement des limites. Je dois l’avouer, ma position d’arbitre éditorial en a souffert un peu. Mais comment résister à Yoann Van Parys quand il vous signale que son texte kilométrique traitera de l’expo qui figure dans le top des dix meilleures expositions ces dernières années. La liberté de la critique est un luxe nécessaire que FluxNews doit assumer… Même si j’estime que son analyse affûtée mériterait peut-être un débat plus large permettant à d’autres intervenants de s’exprimer. Le N°83 de l’art même a été bien inspiré en consacrant dans ses colonnes une interview au commissaire Nav Haq, directeur associé du M HKA et commissaire de l’expo Monoculture. Sans s’être concertés les deux numéros se complètent et le lecteur pourra se faire son opinion.

Monter une exposition sur le thème du monoculturalisme dans une ville où la montée des extrêmes se fait sentir de plus en plus peut sembler courageux. Ce nouveau type de résurgence s’étend malheureusement au-delà de nos frontières. Est ce pour cela que sept musées européens, le M HKA y figure, voyant le vent tourner, se sont engagés dans un front commun en créant une confédération internationale ? Poser la question est sans doute déjà y répondre…  Que retrouve-t-on dans cette charte ? “L’Internationale propose un espace pour l’art au sein d’un internationalisme non hiérarchique et décentralisé, basé sur les valeurs de la différence et de l’échange horizontal entre une constellation d’agents culturels, à l’enracinement local mais reliés au niveau global”. Cette formulation de type évangélique prête à sourire, elle me fait penser à ce colloque  organisé par Walter Lippmann en 1938 signant l’acte de naissance du néolibéralisme.  

Le M HKA doit-il craindre de se voir déposséder un jour de sa liberté de manoeuvre au niveau de son fonctionnement? Cela au profit d’une stratégie politicienne plus soucieuce de faire fonctionner un musée comme outil de propagande électorale que comme un outil démocratique axé sur l’éducation et l’ouverture au dialogue? Le terme de “noyau monoculturel” utilisé par Jan Jambon pour défendre un ancrage local face au défi du multiculturel en dit long sur une indépendance d’action dans le futur…  “Which Society do we want?” Faut-il s’adapter à des impératifs politiques de type nationaliste ou au dictat de la mondialisation? Une troisième voie est elle encore possible? C’est une des sous questions récurrentes que pose Nav Haq dans cette exposition.  A quoi sert encore un musée à l’heure où la bulle néolibérale et sa petite famille d’élus contrôlent la stabilité des marchés?  En délivrant les visas d’entrée de ce paradis artificiel, ne sont-ils pas devenus les gardiens du Temple monoculturel?   La lente migration des artistes du sud vers le nord n’a rien a voir avec ces vagues migratoires débarquant sur les côtes de Sicile. Elle se fait au compte goutes. L’ouverture des vannes, n’est pas pour demain. Même si, pour se donner bonne conscience, on joue à inviter de temps à autre un artiste africain vivant et travaillant entre New York et Amsterdam à débattre du colonialisme.  La route est encore longue.  

Sommaire

1 Sommaire
2 Édito.
3 Amsterdam, Le Musée du Futur, un texte de Charlotte Tusset.
4  Philippe Vandenberg au Bozar, un texte de Louis Annecourt.
5 Martin Barré, une rétrospective par Jeanpascal Février.
6/7  Recensement de deux livres , une interview de Jimmy Pantera par Annabelle Dupret.
8  Viva Memling, recensement de l’expo brugeoise par Luk Lambrecht Hommage à Jean-Marie Rikkers par Lino Polegato.
9  Expo de Jacqueline Mesmaeker au Roger Raveel Museum, un recensement de Luk Lambrecht
11 Sortie d’un livre sur Chris Marker par Aldo Guillaume Turin
12/13 Danser Brut. Un entretien entre Christophe Boulanger et Annabelle Dupret.
14 Johan Muyle au MAC’s par Judith Kazmierczak.
15 Plant Fever au CID, objet design et végétal. Interview des deux commissaires par Lino Polegato Paradis Perdu, Expo au Musée des Beaux arts de Tournai, entretien entre Julien Foucart et Lino Polegato.
16/20  Un recensement de l’exposition au M HKA Monoculture par Yoann Van Parys.
21 Recensement de l’expo Brouwn, Anselmo, Burgin par Bernard Marcelis.
22 Le Journal de Clara. Un texte de Véronique Bergen .Thomas Demand au M Museum, un texte de Romain Masquelier.
23  Miquel Barcelo intervient sur l’oeuvre de Kafka par Véronique Bergen. Liege, Le musée du Grand Curtius présente deux expos par Lino Polegato
24 Jean François Pirson à Touvent, un texte de Judith Kazmierczack.
25 Craie, une expo au Comptoir du livre avec Alexia Creuzen, Eric Deprez et Laurent Danloy, un texte de Celine Eloy.
26/27  Au fil du Paysage, Un entretien entre Pascale Viscardy et Elise Peroi.
28 Un projet d’architecture au SMAK par Luk Lambrecht. Villa Empain, De la lumière avant tout. un texte de Romain Masquelier.
30 Expo d’Anne Garnier et Angel Beatove à la galerie Flux, un texte de Judith Kazmierczak. Lore Smolders au Brasseurs, interview par Lino Polegat
31 Jean Pierre Müeller expose aux Drappier, un entretien avec Lino Polegato
32 La Patinoire Royale / Galerie Valérie Bach inaugure YOUNG BELGIUM Panser le Monde, une expo collective. Recensement par Sandra Caltagirone 33 Gun Flower, interview de Marie Vita Goral par Athanasia Vidali.
34  Une exposition au musée Matisse, un recensement de Michel Voiturier.
35 Marc Rossignol expose chez Angelinna. Entretien entre l’artiste et Michel Clerbois.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.