Flux News Magazine #83

Edito

En ces temps meurtris par le Corona, la vie est dure pour les artistes. Fragilisés, malmenés, paupérisés, ils survivent malgré tout et font le gros dos en attendant des jours meilleurs. 
Les salles de concert souffrent, les expos sont toujours là, mais le public peine à revenir dans les salles. Le monde de l’art doit continuer à se battre pour continuer à exister. L’image choisie pour la couverture est une photo prise à l’entrée de l’ex Décathlon liégeois. Un ancien temple de la consommation en voie de transformation, squatté aujourd’hui par le BIP 2020. La phrase que l’on peut lire provient d’une installation in situ de l’artiste Sean Hart, connu pour ses messages urbains à connotation poétique et politique. “Quand chacun de nous aura été façonné de contre façon à qui appartiendront nos désirs?”  Cette phrase-choc me renvoie en boomerang à une autre phrase prononcée par Pasolini.

Quelques heures avant de mourir le poète italien avait soufflé au journaliste Fulvio Colombo le titre de l’entretien qu’il venait de lui accorder: “Nous sommes tous en danger”. Par déduction intuitive, il avait vu juste… 
Ces deux phrases s’entrechoquent dans ma tête et nous renvoient à la même problématique: A l’ère du traçage numérique et de la manipulation de nos envies,  notre disparition programmée en tant qu’humain, libre de nos actes est actée.  La réification de l’humain au profit de son double robotisé est devenue une pure réalité de chaque instant. Ce que nous feintions croire en provenance de nos désirs ne serait-ce en réalité que le fruit de nos avatars?  Un mauvais rêve? Une pure réalité en ce qui me concerne depuis avoir subi un piratage sur Facebook avec vol d’identité et de profil. Ce qui m’a fait découvrir que le façonnage de mes désirs pouvait être manipulé par d’autres aux dépens de finalités mercantiles… 
Ce “façonnage de désirs” peut prendre une tournure dramatique quand se cache derrière le masque du pouvoir un outil à vocation politique.  Dans ce numéro, nous parlons de la déconvenue que vient de subir Luk Lambrecht, récemment remercié en tant que coordinateur artistique du CC de Strombeek. La manière dont cela s’est produit nous rappelle la violence d’autres faits subis en d’autres temps.  
Suite à son licenciement, Luk a répondu de la plus belle manière qui soit en donnant le feu vert à Joëlle Tuerlinckx d’entamer son workshop sur place dès le 2 octobre.  
Nul doute que cet épisode lui donnera l’opportunité de rebondir. On peut rêver! Pourquoi pas dans un autre lieu. Il a encore de nombreux services à rendre aux artistes et aux professionnels de l’art. Pourquoi pas un coup de main à un directeur de musée dans le sud du pays avec qui il pourrait collaborer?
Ce serait, pour le petit monde de la culture belge, un exemple et un modèle à suivre pour réveiller l’art en danger d’hibernation identitaire.  Dans ce numéro Luk Lambrecht nous parle de ses deux coups de coeur récents: l’expo de Marlène Dumas encore visible chez ZenoX et Marcel Broodthaers à la Villa Empain qui entre en résonnance avec le texte de Michel Voiturier, à découvrir on line. Comme dirait Thomas Hirschhorn interviewé  dans ce journal, il ne faut pas confondre “travailler politiquement” et “Art politique”. Travailler politiquement signifie pour lui faire entrer la totalité dans l’art, s’ouvrir sans contrainte, et résister en donnant des exemples comme le font beaucoup d’artistes dans ce numéro. Je pense à Honoré d’O, lire le texte de Yoann Van Parys. Véronique Bergen nous parle de Claudia Andujar qui consacre un reportage photos au combat des Yanomani menacés de disparition. Un combat réussi, est celui de Francis Feidler, artiste des Cantons de l’Est qui a pu convaincre les autorités locales de le suivre dans son aventure: l’ouverture d’un Centre d’art.  L’Ikob d’Eupen lui consacre une grande exposition. Dominique Legrand nous resitue son parcours. 
Combattre jusqu’au bout, encore et toujours…

Sommaire

2  Édito. 
6  BIP 2020  Interview de Camille Lamy et Amandine Faugère, activistes de l’art  par Catherine Callico. Interview de Thomas Hirschhorn sur les  “Chats Posters”, dédiés à l’oeuvre de Simone Weil par Lino Polegato.
7 Le BPS22 a invité Juan d’Oultremont à réactiver Ne pas déplacer ce rondin, c’est un travail, l’exposition qu’il avait conçue lors de son départ de l’Erg, un texte de Colette Dubois. Acquisitions récentes, l’expo principale est traitée par Lino Polegato
8/9 Les racines identitaires de Françis Feidler par Dominique Legrand. L’Ikob Eupen expose celui qui est à la base de la création de ce Centre d’art.
10 Michel Barzin expose à la Galerie de Wegimont, un texte de Régine Rémon. Yves Piedboeuf expose à la galerie Flux, un texte de Lino Polegato.
11 Interview concentrée sur la démarche artistique de Hughes Dubuisson par Lino Polegato.
12/13 Un texte sur l’exposition d’Honoré d’O dans l’église Saint-Jacques de Gand par Yoann Van Parys.
15 BIP 2020, Les 7 coups de coeurs de Nastasja Caneve dans le parcours IN et OFF.
16 Un texte de Céline Eloy autour de l’art relationnel de l’artiste Samuel D’Ippolito qui présente ses installations dans différentes expositions en cours et à venir. Un texte d’Aldo Guillaume Turin sur la démarche de Cecile Massart consacrée aux sites nucléaires. 
17 Clémentine Davin nous parle de l’exposition de Gauthier Hubert au Botanique.
18/19 Double page consacrée à la Triennale d’Art Public à Liège, dessins d’alexia creusen et texte de Catherine Barsics.
20 Un texte de Véronique Bergen sur le travail photo de Claudia Andujar l’une des grandes photographes brésiliennes contemporaines qui consacre son œuvre et sa vie à la défense de la cause des Indiens Yanomami.
22  Un texte sur l’exposition de Marlene Dumas chez Zeno X par Luk Lambrecht.
24 Exposition de Jacob Kassay à la galerie Art Concept Paris un texte de Jean Pascal Février.
Anna Torfs à Bozar par Colette Dubois.
25 Marcel Broodthaers à la Villa Empain, par Luk Lambrecht. Wiels: Les coups de coeurs de Catherine Callico concernant  l’expo Risquons-Tout, qui renvoie aux risques liés à l’innovation et aux technologies.
26/27  Un texte de Louis Annecourt sur l’oeuvre d’Annaik Lou Pitteloud.
28 Une décennie d’Art moderne et contemporain à l’Est par Michel Voiturier.
29 Yves Klein au Centre Pompidou Metz par Alain Delaunoy.
30 Expo collective à Enghien, un texte de Michel Voiturier.
31  Nan Goldin, par Véronique Bergen
32  Interview de Jenny Feal par Michel Clerbois
33 Tomber en amour, un recensement de l’expo par Pascale Viscardy.
34  Licenciement du Coordinateur du service Art plastique au CC Strombeek, intervention de Lino Polegato et de Joelle Tuerlinckx.
35 Le Temple Ensor à Ostende, un texte de Romain Masquelier.  L’image comme matière à images, une expo collective sur le numérique recensée par Michel Voiturier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.