Loop Barcelona

Emilie Brout & Maxime Marion : Dérives, 2011-­2013, 27' 39'' . Présenté en Première à LOOP 2014 par 22.48m2 (Courtesy de la galerie)

Loop Barcelona : 13ème édition

Le festival Loop de Barcelone est le seul évènement d’envergure internationale dédié à la vidéo d’art contemporain réunissant à la fois une foire spécialisée, ainsi qu’une programmation plus grand public, répartie dans divers lieux culturels de la ville. L’atmosphère décontractée et le cadre intimiste des chambres de l’hôtel Catalonia Ramblas qui accueille la foire rendent l’expérience de visionnement particulièrement agréable. En effet, le spectateur peut s’immerger dans chaque univers qui lui est proposé, sans avoir la sensation de gêner le galeriste ou d’être dérangé par le flux continu des visiteurs, comme c’est habituellement le cas dans les foires d’art contemporain. Par ailleurs, la sélection des pièces se fait en concertation avec le comité du Loop, constitués de collectionneurs et de professionnels de la vidéo, ce qui donne à l’ensemble une cohérence, malgré l’hétérogénéité des propositions, allant du documentaire à la fiction, en passant par des styles et des supports (généralement numérique) très divers.

On retient de cette édition l’étrange film d’Hélène Delprat, Hi-Han Song (2013), qui poursuit la figure de l’âne à travers la littérature mythologique et les références cinématographiques, dans une ambiance moyenâgeuse et caverneuse. Autre perle de cette sélection, la vidéo poétiquement intitulée Dérives (2011-2013) d’Émilie Brout et Maxime Marion, présentée par la galerie 22,48 m2 (Paris), qui forme à elle seule une véritable anthologie du cinéma à partir d’extraits de films dans lesquels l’élément aqueux est présent sous une forme ou une autre (brouillard, pluie, larmes, fontaine, etc…). La vidéo est générative et infinie, c’est-à-dire que la sélection est réalisée à partir d’un logiciel informatique qui combine les extraits, non pas de façon aléatoire, mais par l’entremise de catégories de mots-clés que les artistes ont associé à chaque extrait. Ce fil conducteur permet d’appréhender les films selon un tout autre point de vue, qui fait parfois passer au second plan certains éléments narratifs au profit d’une vague d’émotions. Un vrai régal pour les cinéphiles, qui s’amusent à identifier la provenance de telles ou telles séquences, toutes catégories de films confondues.

Le festival permettait en outre de découvrir des lieux où l’on aurait probablement jamais mis les pieds, comme le Musée maritime, qui présentait parmi les vidéos de William Kentridge et Kara Walker, le très glacial Sea of tranquility de Hans Op de Beek, qui narre la vie à bord d’un bateau de croisière futuriste et déserté, à mi-chemin entre Titanic et Star Treek. En somme, le Loop est un évènement qui porte bien son nom : c’est une boucle qui permet de voyager à travers l’espace et le temps, dans le confort d’un siège bien molletonné.

Septembre Tiberghien

Loop Fair, 5 au 7 juin 2014, hôtel Catalonia Ramblas, Carrer de Pelai, 28, Barcelona

Loop Festival, 29 mai au 7 juin 2014, divers lieux de Barcelone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*



6 + = 12