Objet chorégraphique

Retour sur la 46é édition du Festival d’Automne de Paris, en particulier sur « Nowhere and Everywhere at the Same Time N°2 » de Willaim Forsythe et « test pattern [n°13] » de Ryoji Ikeda deux installations immersives que pouvait éprouver le public à La Grande Halle de La Villette.

William Forsythe est un chorégraphe new yorkais, qui a révolutionné le ballet classique, qui depuis la fin des années 80 développe un travail « plastique » au travers d’installations « objets chorégraphiques ».

Ryoji Ikeda est un compositeur et artiste plasticien d’origine japonaise dont les travaux explorent les caractéristiques du son et de la lumière à partir de la précision et l’esthétique des mathématiques.

« Nowhere and Everywhere at the Same Time N°2 » est une installation basée sur des centaines de pendules disposés dans l’espace obligeant le visiteur à se mouvoir, expérimenter avec son corps, dans cette forêt en mouvement perpétuel. Quant à « test pattern [n°13] » de Ryoji Ikeda, installation elle aussi monumentale, plonge le visiteur dans un océan de sons et d’images. Une succession hypnotique de motifs noirs et blancs, sous forme de codes barres générés par la conversion en temps réel d’ondes sonores, défile à un rythme effréné en synchronie avec les sons.Deux univers hétérogènes : le premier calme, clair, fluide, le second agité, sombre, oppressant ; le yin et le yang et pourtant si proche ! En effet, ces deux installations ont en commun l’espace mathématique, sa rigueur mais surtout elles affectent le corps du visiteur l’obligeant à se mouvoir autrement dans l’espace.William Forsythe et Ryoji Ikeda invitent le spectateur à quitter sa posture de « regardant » en mettant sa perception à l’épreuve, son corps en mouvement pour activer l’oeuvre.

A noter la performance « Mouvements immersifs » avec les élèves du lycée René Gossin de Gonnesse qui s’est déroulée le 20 décembre successivement dans ces deux installations. Ce travail est le fruit d’un stage intensif mené par l’artiste plasticienne-performeure Sandra Ancelot et l’artiste de cirque, plasticienne Lucie Lastella du collectif Dessin Envolé. Très belle initiative de médiation de La Villette, du collectif Dessin Envolé en collaboration avec les enseignants du lycée René Gossin sur l’écoute collective en écho aux propositions artistiques de William Forsythe et Ryoji Ikeda.

 

Stéphane Bombard

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*