Téléchargez Flux News # 65

Sommaire

Édito. Pierre-Yves Desaive :  Brussels Art Days : galerie Jozsa et Delire Gallery.   3 Jeremie Demasy : Deux nouvelles galeries à Liège. Judith Kazmierczak : Anne Marie Klenes, CACLB ; La voie des séries. Lino Polegato :  Damage control au MUDAM5  Lino Polegato : Fernand Léger à Bastogne, expo à l’Orangerie. 6/7 Maud Hagelstein : Emousser le regard, éprouver le propre de l’art, considérations muséologiques. 8 Céline Eloy : Expo a l’Ikob : « Les douzes travaux d’Adrien Tirtiaux ». 10  Annabelle Dupret : Livres ;  Hautes gammes d’encres noires pour « Gloria Lopez ». Lino Polegato Poche de Noir, un livre de Gerard Mans. 11 Catherine Callico : MAC’s : Le dernier repas de Patrick Guns. Catherine Callico : Addenda entre chair et intellect. l’Hôpital Notre-Dame à la Rose.  13 Alexander Strugach :  Shareware Manifesta 10 ; photos Michel Couturier. 14 Luk Lambrecht : Biennale d’architecture de Venise mise sur pied par Rem Koolhaas.  15 Luk Lambrecht :  Genius Loci, expo à la Biennale d’architecture de Venise. Catherine Callico : Biennale de Venise, Visions belges . 16  Lucien Kroll : Une vision sur l’architecte  Franck Gerhy. Sylvie Bacquelaine : L’art brut fait son autocritique à l’art&Marges musée. 17 Lino Polegato : Les vérités simples. Entretien avec Yona Friedman. 18+19  Lino Polegato : Un dossier sur l’Architecture Mobile, Combien ça coûte?  Interview de Philippe Rizzotti. 20 Fabien Pinaroli : « Cinq femmes du pays de la lune » Exposition de Valérie Jouve au MACVAL. Lino Polegato : Expo collective d’art public dans les parcs et jardins du château de Jehay. 21 Septembre Tiberghien : Stéphane Balleux au Musée d’Ixelles La peinture de Stephane Balleux est-elle un nouvel académisme ? 22/23  Isabelle Lemaître : Un focus sur le Centre Wallonie Bruxelles à Paris. Sur les plateaux des Dardenne. Photographies de Christine Plenus. Colette Dubois : Paul Chan au Schaulager de Bâle.  Marc De Blieck : Lieve D’hondt chez Flux. 24/25 Yoann Van Parys : La peur d’être multiple, expo au M KHA. 26  Françoise Chauveau Jean Paul Thenot et les flux invisibles au Frac Lorraine. 27 Lino Polegato : Interview de Bartomeu Mari, directeur du MACBA. Un focus sur l’expo Open Form consacrée à Oskar Fransen. 28/29 Alain Geronnez :  double page sur le photographe Florian Aimar Desplanques. 30/31 Michel Voiturier : Actualité du Sud : Le MAC Marseille fête ses vingt années d’existence, un aperçu général de l’évolution esthétique depuis les années 60. « Sculptures du Sud » à la Villa Datris. L’esquisse ou l’élégance du geste inachevé au Centre d’Art Campredon. 33 Lino Polegato : Hommage a André Balthazar, un entretien réalisé en 2012. Barcelone, intervention de Xavier Veylan au Mies van der Rohe Pavillion. 35 Agenda.

Ont participé à ce numéro : Sylvie Bacquelaine, Pierre Yves Desaive, Annabelle Dupret, Colette Dubois, Céline Eloi, Alain Géronnez,  Luk Lambrecht, Isabelle Lemaître, Yoann Van Parys, Septembre Tiberghien,  Michel Voiturier, Caterine Callico,  Marc De Blieck , Septembre Tiberghien , Fabien Pinaroli , Alexander Strugach, Jeremie Demasy, Judith Kazmierczak, Lino Polegato, Lucien Kroll, Maud Hagelstein.

Téléchargez Flux News 65

Couverture Flux 65

Editorial Flux News # 65

Les gens ne se rencontrent pas; ils sont appelés à se rencontrer… Ce numéro 65 sera en grande partie centré sur l’architecture. Les nombreuses connexions à l’architecture ne me contrediront pas, l’expo Oskar Hansen au Macba, la Biennale d’architecture de Venise, un texte étonnant de Lucien Kroll sur Frank Gehry, et en figure de proue l’architecte artiste d’origine Hongroise Yona Friedman.  Il y a deux mois, j’ai ressenti le besoin d’aller lui rendre visite à Paris. Rendez-vous pour un café dans son petit appartement musée qui en quinze ans d’intervalles n’a pratiquement pas changé d’apparence. Cette tasse de café matinale a été suivie d’un entretien agréable qui a vite dépassé les problématiques habituelles liées à l’architecture. Les sujets de discussions ont très vite débordés sur l’état de notre monde, qui se scinde de plus en plus en deux composantes qui s’opposent. Sa théorie d’architecture de survie développée en 1958 devient aujourd’hui exemplaire en dégageant des pistes tous azimuth. Cette rencontre fut prolifique puisque Yona Friedman me rappela qu’en 1999, il m’avait concocté un plan d’architecture pour un musée nomade. L’idée était d’adapter le musée au travail de l’artiste. En général, c’est le contraire, c’est l’œuvre qui doit s’adapter aux exigences de l’espace qui l’héberge. J’eus la chance à mon retour, de retrouver dans mes archives le vieux fax jauni pratiquement effacé. Après restauration, je vous le livre dans ce numéro accompagné d’un petit dossier sur l’architecture mobile. La photo de couverture est à l’image des préoccupations actuelles de Yona Friedman : Comment résoudre le problème des coûts prohibitifs en ce qui concerne les logements des jeunes universitaires ? Les solutions existent. L’architecte nous donne sa version d’un studio basique pouvant accueillir avec le minimum de confort l’étudiant. Sous le signe du space chain, une vision anthropomorphique nous dresse un magnifique portrait improvisé, plus réel que nature, de la jeunesse éternelle de Yona Friedman…

Autre sujet d’importance cet été, Manifesta 10, couvert par un texte d’Alexander Strugach, un jeune architecte russe vivant à St Petersbourg. Livrant son point de vue, il nous donne son sentiment sur la grande machine qu’est devenue cette Biennale nomade. A mes yeux, c’est toute la problématique liée à la poursuite d’une aventure commencée à Rotterdam en 1996 qu’il faudrait remettre en cause. En bref, faut-il encore continuer ou arrêter ? Manifesta, sans manifeste, peut elle subsister en devenant simplement un gigantesque show room, vitrine de luxe du monde occidental? Les photos que nous a ramenées Michel Couturier sont explicites à souhait. Finir sa vie comme une éniemme doublure des Biennales internationales d’art contemporain n’est probablement pas le bon exemple à suivre.

La presque totalité des textes qui composent ce journal seront centrés sur les expos de l’été et sur la tendance actuelle qui pousse à nous réapprendre à penser par nous-mêmes et non à travers la pensée des autres. Défaire les hiérarchies qui conditionnent nos habitudes n’est pas chose facile. Maud Hagelstein dans son texte revient sur cette notion qui envisage l’exposition comme un ensemble cohérent au sein duquel chaque élément provoque de nouvelles correspondances. Elle nous cite quelques exemples. Entre autres, elle revient sur cette exposition qui s’est déroulée dernièrement à Paris, à la maison rouge.

Peut-on déroger à la sacro sainte habitude d’accrochage dans une exposition ? C’est-à-dire sans la béquille curatoriale d’usage, mais en fonction d’un programme informatique privilégiant les dimensions des œuvres comme processus de calcul. Bizarrement cet accrochage aléatoire fruit d’un logiciel informatique a donné lieu à une succession de connexions improvisées qui ont fait sens. Un cas de figure exemplaire pour Yona Friedman qui défend une vision holistique du monde : « Le désordre n’existe pas. N’existe que l’ordre compliqué. »

Lino Polegato

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*