Delphine Fedoroff : « Slava Ukraina »

photo Delphine Fedoroff

Delphine Fedoroff est cinéaste et photographe. Après avoir terminé un film tourné dans la « zone » du Tchernobyl d’aujourd’hui, elle décide de retourner en Ukraine pour filmer les manifestations place Maidan.

Delphine Fedoroff désire être au cœur de ce peuple en révolte. Ne plus rester sur les contours pour faire partie intégrante de ce qu’elle photographie. Prendre des risques pour se retrouver parmi eux. Avec l’envie peut-être de pouvoir dire parmi les miens ? Au fil de ses voyages en Ukraine, Delphine Fedoroff se sent appelée par des visages et des lieux qui lui donnent l’occasion de se lier chaque fois un peu plus avec ce pays et d’y créer une forme d’intimité. Elle photographie des visages qui lui racontent les histoires nécessaires pour sentir près de soi ce qui est au loin. Delphine Fedoroff tente-t-elle de donner chair à un pays qu’elle connaît peu et qui pourtant fait partie de son arbre généalogique ?

La place Maidan forme une allégorie. Maidan Nezalezhnosti de son nom complet se traduit par Place de l’Indépendance. Les médias en ont fait la place de La Place. Là où tout se passe. Les manifestants y ont construit un petit village nommé le carré. Construit comme un foyer, c’est là que tout le monde va pour manger, se soigner, dormir, discuter et se préparer, mais surtout pour se retrouver. C’est le chaudron qui chauffe la soupe. Un peu plus loin, dans les zones d’affrontements, les palissades bricolées sur place se transforment parfois en postes avancés. À Maidan, les architectures de fortunes sont mouvantes. Des abris brûlent, de même que les palissades se font et se défont aux besoins des combats, des snipers qui bougent de place, du besoin en matériaux pour construire des boucliers ou un QG provisoire. « C’est une fourmilière. Tout s’organise dans des temps courts, tout bouge sans cesse, … Un jour j’ai vu une bonne soupe qui se préparait à une table dans le coin intendance du camp. Le temps de rassembler quelques une de mes affaires pour me mettre à table, la soupe avait disparu. Il y avait du lard à la place. C’est tout le temps comme ça. Ça grouille de partout, ça s’organise et s’en va » dit Delphine Fedoroff.

Ludovic Demarche (extraits de Flux News #64)

16.05 > 31.05.2014
Galerie Espace Flux Liège
60 rue du Paradis, 4000 Liège – Belgique
Du jeudi au samedi de 16h00 à 19h00
+32 4 253 24 65
flux-news@skynet.be

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*