Téléchargez Flux News # 64

Sommaire Flux News # 64

2 Édito 3 Michel Voiturier : exposition au BAM Mons : L’abstraction géométrique belge de la seconde moitié du siècle passé ; Au Musée Würth, exposition Anthony Caro. 4 Biopsies sociales, un texte « manifeste » d’Eugène Savitskaya 6 Raya Baudinet : exposition de Marianne Berenhaut au Musée Juif. Colette Dubois : interview du collectionneur Charles Riva 7 Julie Delbouille : Jean Pierre Ransonnet, déchets d’oeuvres et biographie 8 Lino Polegato : interview d’Arturo Schwarz à Milan. ; interview de Eric Hemeleers sur le danger d’une tritisation des collections 9 Lino Polegato : L’image suivante ou quand la collection du MAC’s et de la FWB sort de ses réserves 10 Céline Eloy : Glorious Bodies, Jacques Charlier et Sophie Langohr exposent à l’Ikob d’Eupen 11 Septembre Thiberghien : L’oeuvre au noir, une exposition collective à la Jozsa Gallery. Isabelle Lemaître : compte rendu du colloque Théâtre du monde au Centre Pompidou 12 Colette Dubois : entretien avec Maîté Vissault (Ikob Eupen) 13 Michel Voiturier : exposition Lee Bul au MUDAM Luxembourg 14 Pierre-Yves Desaive : Les objets peints de Michael Borremans. Lino Polegato : entretien avec Michaël Borremans 15 Décès de Jan Hoet, un hommage . Francesco Giaveri : Teresa Margolles, preuves et témoignages, une exposition au CA2M de Madrid 16/17 Alain Geronnez : Lucky Lucca et les quatre cent couleurs 18 Sylvie Bacquelaine : BIP 2014, Les technologies appelées à la rescousse, un recensement 19 Lino Polegato : Gégo à la Maison de l’Amérique latine de Paris. La rétrospective de Piero Manzoni au Palazzo Reale de Milan 21 Le reportage de Delphine Fedoroff à Kiev, Place Maidan. Un texte sur son travail de Ludovic Demarche. 22 Isabelle Lemaître et Michel Voiturier : Virginie Yassef à la galerie Vallois ; Bill Viola au Grand Palais ; Anthony Caro au Musée Würth 23 Isabelle Lemaître : Esther Ferrer au MacVal ; Berlinde de Bruyckere et Philippe Vandenberg à la Maison rouge 24 Lino Polegato : interview de Guy Vandeloise sur la sortie d’un coffret DVD consacré à l’histoire de l’art. 25 Michel Voiturier : Christiane Baumgartner au Centre de la gravure de la Louvière. Catherine Angelini : Bill Viola au Grand Palais 26/27 Carte blanche à Yoann Van Parys. 28 Luk Lambrecht : rétrospective Louise Lawler au Musée Ludwig de Cologne ; Caroline Van Damme à la galerie De Ziener à Asse 29 Luk Lambrecht : une réflexion sur Ravage, au M de Louvain 31 Luk Lambrecht : The Pink Spy, une exposition de Narcisse Tordoir au MHka ; Thomas Schütte Schone Grüsse à Berlin 33 Frédérique Van Leuven : portes ouvertes à la Cambre. Vincent Meessen représente la Belgique à Venise 34 Chronique 9 d’Aldo Guillaume Turin : Un temps sans âge. FluxNews, Jean Marie Bytebier, Alain Resnais, Peter Joseph 35 Agenda

Ont participé à ce numéro : Sylvie Bacquelaine, Raya Baudinet Lindberg, Ludovic Demarche, Pierre Yves Desaive, Annabelle Dupret, Colette Dubois, Céline Eloi, Yannick Franck, Alain Géronnez, Franco Giaveri, Luk Lambrecht, Isabelle Lemaître, Frédérique Van Leuven, Yoann Van Parys, Septembre Tiberghien, Aldo Guillaume Turin, Michel Voiturier.

Cliquez sur l’image pour télécharger Flux News #64

Editorial Flux News # 64

La couverture de ce numéro ressemble étrangement à la précédente dans le sens où elle se situe, ici aussi, dans le hors champ de l’art. Il s’agit d’une photo prise par Delphine Fedoroff, place Maidan à Kiev. Elle fait partie de ce que certains philosophes pourraient décrire comme les « images survivantes ». Ces images surgies du temps présent et qui restituent dans leur gestuelle toute l’humanité d’un monde du passé. Le 4 mars 2014, deux textes parus dans Le Monde m’ont fait sursauter. Le journal rendait hommage à la disparition d’Alain Resnais en consacrant quatre pages à son œuvre. Deux pages étaient consacrées au même sujet : le film Nuit et brouillard. Dans les deux textes, les deux journalistes relatent le même cas de censure en concluant de manière différente. En 1955, à la sortie du film, la commission de contrôle impose au cinéaste la suppression d’un plan ou l’on voit un gendarme français faisant le guet dans un camp à Pithiviers. C’est dans ce camp d’internement que l’Etat français parquait les juifs dans l’attente de leur déportation par les nazis. Dans le premier texte, le journaliste insiste sur la manière dont Resnais réagit à cette volonté de censure : Ne voulant pas couper le plan, le cinéaste décide de placer un bandeau noir sur le gendarme, l’occulter de façon à rendre plus visible la honte. Dans le second texte, le journaliste insinue que c’est en réalité la commission de contrôle qui aurait invité Resnais à placer un bandeau sur le gendarme. Selon l’angle de vue, on peut donc interpréter ce geste, soit comme un geste de résistance, soit comme un geste d’obéissance face à une commission de contrôle. Qui dit la vérité finalement ? Aldo Guillaume Turin, s’est intéressé à la question. Il a mené son enquête et vous trouverez la réponse en lisant sa chronique en fin de journal.

La censure est toujours d’une brûlante actualité, les médias en sont les premiers touchés. Elle peut se faire de manière très simple dans nos supposées démocraties. En baissant simplement les subsides alloués à un travail éditorial. L’excellente revue Mouvement, spécialisée dans les comptes rendus d’événements théâtraux et artistiques dans l’Hexagone, vient d’en faire l’expérience. En dehors des Inrockuptibles et de Connaissance des Arts, aucun titre de presse culturelle en France n’apparaît parmi les 200 journaux les plus aidés. En 2013, la revue a obtenu une « aide exceptionnelle » du ministère de la Culture de 10.000 Euros. L’indépendance de parole serait-elle à ce prix ? La revue dirigée par Jean-Marc Adolphe a donc en dernier recours lancé une campagne visant à sortir de l’ornière : 15 Euros par an et vous devenez mécène d’une aventure culturelle qui entend rester libre d’esprit.

Parmi les cas de censure, un en particulier me concerne plus directement. Dans l’exposition qu’il a réalisée dernièrement à la galerie Flux, Philippe De Gobert devait montrer les photos tirées de sa maquette dédiée au Musée d’Art Moderne – Département des Aigles de Marcel Broodthaers. Ayant appris que l’artiste allait présenter au sein de la galerie la série de photos – fruit d’une année d’archivage et de recherche –, Maria Gilissen, l’ex-femme de Marcel Broodthaers, use de son autorité en tant qu’ayant droit et décide d’opposer son veto direct. Motif invoqué : l’ensemble Musée d’Art Moderne – Département des Aigles est un Tout protégé par le droit moral de l’héritière de Marcel Broodthaers. On ne peut dès lors l’exploiter d’une manière artistique ou commerciale. Depuis trente ans, Philippe De Gobert fabrique des maquettes qu’il photographie ensuite afin de créer un sentiment de trouble de la perception chez le spectateur. Plus vrai que nature, ses clichés nous donnent l’impression d’un temps en suspension. Par ce travail, en citant l’oeuvre de Broodthaers, il rendait entre autre, hommage à un artiste majeur de la scène belge. Une des réactions possible face à cette volonté de censure de la part d’un ayant droit eut été d’engager une bataille juridique qu’il aurait probablement gagnée. A la différence d’autres artistes qui auraient profité de cette occasion pour se faire un peu de publicité en criant au scandale, De Gobert, prend la sage décision de ne pas réagir et d’esquiver le tir en décidant de tourner définitivement la page sur cette histoire.  Une position de repli très noble qui l’honore.

Lino Polegato

1 Commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*